Ornement de harnachement (?) en forme d'animal carnassier

Ornement de harnachement (?) en forme d’animal carnassier

La morphologie de l’animal présente une petite oreille en virgule, un cou courbé, une absence d’indication de pelage et un museau aux naseaux discrètement creusés.
Le corps pourrait être celui d’un loup, ne me semblant pas assez élancé
pour représenter un félin. Les représentations d’ours connues en Sibérie centrale et en
Mongolie sont-elles impossibles à prendre en compte, en raison de la distance
géographique et culturelle éloignant les Saces des Indo-Iraniens vivant de part et d’autre
de l’Altaï ? Il me semble pouvoir répondre par l’affirmative.

L’œil est incrusté d’une épaisse
feuille d’or, dans laquelle a été gravée une pupille. Ce qui est fort
étrange (et la rareté des objets saces du haut Indus empêche que de nombreuses
représentations de tels bronzes me soient connues, hélas !), ce sont les pattes de l’animal
et sa queue. Les premières suggèrent à première vue la figuration d’une sorte de toison.

Toutefois, à bien regarder, on dirait que les dites pattes, bien droites et creusées d’un sillon
médian, sont flanquées de deux appendices formant d’abord une boucle, pour se
combiner avec les deux sillons des pattes et former au niveau des griffes une sorte de
« nœud de marin ». La queue subit à peu près le même traitement : un second élément
caudal zigzague derrière le principal, se noue finalement à lui et s’enroule en boucle.

Est-
ce l’évocation subtile d’une fourrure épaisse, ou la représentation d’un animal fantastique,
imaginaire ? Enfin, on notera que cet animal
est dépourvu des dépressions circulaires qui sont présentes (sur la fesse et sur l’épaule) sur d’autres petits animaux de bronze saces du haut Indus.

Cette notice, on l’aura compris, est une bouteille jetée à la mer. Étant dans l’impossibilité,
en quelques semaines, d’examiner ce qui peut se trouver dans les musées du Pakistan ou
du Tadjikistan, je présente avec humilité un objet d’un type que je n’ai jamais rencontré en
près de soixante ans de lectures et de visites de musées ou de magasins d’antiquités.

Au verso on note l’existence de deux boutons saillants de fixation.